bombe


bombe

1. bombe [ bɔ̃b ] n. f.
• 1640; it. bomba, du lat. bombus
1Projectile creux de forme variable, rempli d'explosif, lancé autrefois par des canons, de nos jours lâché par des avions. Vx Bombe sphérique, remplie de poudre et munie d'une mèche qui communique le feu à la charge. — Mod. Bombe explosive, incendiaire, au phosphore, au napalm. Bombe à billes, à fragmentation. Lâcher, larguer des bombes sur un objectif. bombarder. Sous les bombes. Des « bombes qui sifflaient longuement avant que d'éventrer le sol ou les maisons » (Duhamel ). Désamorcer une bombe. Faire sauter une bombe. Une bombe a explosé. Bombe artisanale. vieilli Bombe volante : fusée (V1, V2). — Bombe atomique (ou bombe A),utilisant l'énergie de fission de matériaux radioactifs. Une bombe de cinq mégatonnes. Bombe à hydrogène (ou bombe H, ou bombe thermonucléaire ),dans laquelle la chaleur nécessaire aux réactions de fusion est fournie par l'explosion d'une bombe A. Bombe à neutrons : bombe thermonucléaire produisant principalement son énergie sous forme de neutrons rapides, qui détruit surtout les organismes vivants.
Par ext. Appareil explosible que fait éclater un mécanisme quelconque. machine (infernale). Bombe à retardement. Alerte à la bombe. Attentat à la bombe.
2Fam. Tomber, arriver comme une bombe, brusquement, sans qu'on s'y attende. ⇒ improviste (à l'). La nouvelle a éclaté comme une bombe, a fait l'effet d'une bombe. Fig. Nouvelle surprenante.
Bombe sexuelle : femme qui produit un violent effet sur les hommes.
3Par anal. de forme. Mar. Bombe à signaux : boule en toile pour faire des signaux à grande distance. — (1807) Bombe glacée : crème glacée en tronc de cône, en pyramide. — Vase sphérique en verre. bonbonne. Géol. Bombe volcanique : fragment de lave renflé en son milieu, projeté au-dessus d'un cratère. — Bombe au cobalt : générateur de rayons gamma qui utilise le cobalt radioactif, servant au traitement des cancers.
(1928) Équit. Casquette hémisphérique des cavaliers.
4(v. 1950) Atomiseur de grande dimension. aérosol. Déodorant en bombe. Bombe lacrymogène. « ces petites bombes qu'elles portent dans leur sac à main, dont elles projettent le liquide dans les yeux des brutes pour les faire pleurer » (Koltès). Bombe d'insecticide. Bombe de peinture ( bombage, bomber) .
5(1987) Inform. Bombe logique : programme introduit par malveillance dans un système informatique afin d'en perturber le fonctionnement, qui devient actif à une date précise ou à la suite d'un manœuvre particulière.
bombe 2. bombe [ bɔ̃b ] n. f.
• 1890; abrév. de bombance
Fam. Repas, partie de plaisir où l'on boit beaucoup. Une bombe à tout casser. java. Faire la bombe. fête, 1. foire.

bombe nom féminin (italien bomba) Projectile creux chargé de matière explosive ou incendiaire et muni d'un appareil de mise à feu. Tout explosif se plaçant ou se lançant à la main : Un attentat à la bombe. Nouvelle surprenante, événement sensationnel. Synonyme de aérosol. Au Canada, synonyme de bouilloire. Équitation Casquette hémisphérique renforcée que porte un cavalier comme protection en cas de chute. ● bombe (citations) nom féminin (italien bomba) Antonin Artaud Marseille 1896-Ivry-sur-Seine 1948 Qui ne sent pas la bombe cuite et le vertige comprimé n'est pas digne d'être vivant. Van Gogh, le suicidé de la société Gallimard Marcel Pagnol Aubagne 1895-Paris 1974 Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique. Critique des critiques Nagelbombe (expressions) nom féminin (italien bomba) Bombe à eau, poche de papier remplie d'eau que les enfants se lancent pour s'amuser. Bombe glacée, entremets glacé fait de jaunes d'œufs, de sirop et d'un parfum ou d'une purée de fruits. Comme une bombe, se dit de ce qui survient de façon inattendue et brutale. Familier. Faire l'effet d'une bombe, provoquer la stupeur. Bombe nucléaire, bombe dont la puissance explosive utilise l'énergie nucléaire. Bombe orbitale, bombe nucléaire placée sur orbite à titre de menace permanente, et pouvant être désatellisée sur un ordre émis du sol, d'un bâtiment de surface ou d'un sous-marin. Bombe calorimétrique, enceinte métallique hermétique utilisée pour mesurer les chaleurs de combustion. Bombe volcanique, fragment de lave, fondue ou pâteuse, projeté en l'air par un volcan et qui retombe figé sur le sol. Bombe d'artifice, sphère creuse, en carton épais, qu'on lance au moyen d'un mortier et qui, au sommet de sa course, éclate en dispersant ses garnitures enflammées. Bombe manométrique, éprouvette métallique, à parois très épaisses, dans laquelle on peut faire exploser une charge et qui permet de mesurer la pression et la chaleur de l'explosion. ● bombe (homonymes) nom féminin (italien bomba) bombe forme conjuguée du verbe bomber bombent forme conjuguée du verbe bomber bombes forme conjuguée du verbe bomberbombe (synonymes) nom féminin (italien bomba)
Synonymes :
- aérosol
bombe nom féminin (de bombance) Familier Synonyme de bombance. ● bombe (expressions) nom féminin (de bombance) Familier Faire la bombe, faire la noce, mener une vie de plaisir. ● bombe (homonymes) nom féminin (de bombance) Familier bombe forme conjuguée du verbe bomber bombent forme conjuguée du verbe bomber bombes forme conjuguée du verbe bomberbombe (synonymes) nom féminin (de bombance) Familier Faire la bombe
Synonymes :
- bombance (familier)
- bringue (populaire)
- fête
- foire (populaire)
- noce (familier)
- nouba (familier)
Synonymes :

bombe
n. f. Fam. Faire la bombe: manger, boire, se réjouir.
————————
bombe
n. f.
rI./r
d1./d Projectile explosif qu'on lançait autref. avec un canon, qu'on largue auj. d'avion. Bombe atomique.
|| Bombe thermonucléaire, qu'un missile projette sur sa cible.
d2./d Par ext. Projectile ou engin explosif. Une bombe à retardement.
rII./r Par anal.
d1./d Bombe glacée: glace moulée.
d2./d Bombe calorimétrique: appareil isolé thermiquement qui mesure le pouvoir calorifique des corps ou les quantités de chaleur accompagnant les réactions chimiques telles que les combustions.
d3./d GEOL Projection volcanique solidifiée.
d4./d EQUIT Casquette de cavalier.
d5./d Bombe aérosol ou, absol., bombe: récipient dans lequel un liquide destiné à être pulvérisé est maintenu sous pression par un gaz comprimé.

I.
⇒BOMBE1, subst. fém.
A.— Vx. Globe de fer, muni d'une mèche qui communique le feu à la charge. L'anse, le col d'une bombe; allumer, arracher la mèche d'une bombe.
B.— Projectile offensif, de forme et de calibre variables, rempli d'explosif, qui, moyennant un dispositif approprié, éclate au contact du point de chute ou au moment réglé par un dispositif spécial.
1. Vx, ARTILL. Ce projectile lancé par un mortier (cf. Ac. 1835-78).
2. AVIATION MILIT. Ce projectile lancé par un avion :
1. Nous avons vu la Grande-Bretagne, sous l'impulsion d'un Winston Churchill, tenir ferme comme un roc sous les avalanches de bombes de l'invasion aérienne, mener durement et victorieusement la plus grande bataille navale de tous les siècles, ...
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, p. 674.
2. ... le gouvernement soviétique, (...) demandait comme condition préalable une renonciation solennelle des éventuels signataires à l'utilisation de la bombe atomique à hydrogène, et de toute autre arme de destruction de masse.
GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 105.
SYNT. La charge d'une bombe; la chute, la détonation, l'éclatement, l'explosion, le flamboiement, le fracas, le sifflement d'une bombe; cratère, trous de bombes; abri à l'épreuve des bombes; bombe incendiaire, légère, planante, volante, au napalm; bombe de gros calibre, à grande puissance; bombe atomique, à hydrogène, thermonucléaire; faire éclater, jeter, lancer, lâcher, larguer une bombe; être sous les bombes; écraser une ville sous les bombes.
P. métaph. :
3. En effet, quelques minutes plus tard, au milieu de cris et de jurons, une bombe arrivait sur la dunette. Cette bombe, c'était le capitaine Speedy. Il était évident qu'elle allait éclater.
VERNE, Le Tour du monde en 80 jours, 1873, p. 198.
C.— P. ext.
1. Tout engin explosif posé ou lancé à la main. Attentat à la bombe :
4. Canivet, à force de rêver, trouva un moyen économique de remplacer les petits canons de cuivre (...) ce fut de serrer un peu de poudre dans une première enveloppe de parchemin ficelé avec soin, puis d'entourer de papiers cette première enveloppe, de la reficeler, et de recommencer jusqu'à ce qu'il eût obtenu une bombe épaisse dans laquelle il pratiqua une lumière avec un poinçon.
CHAMPFLEURY, Les Souffrances du professeur Delteil, 1855, p. 246.
5. — « Je racontais à mon père qu'un de nos amis russes vient d'imaginer une bombe à retardement d'une exactitude d'horloge. Vous voulez faire sauter un train qui passe à tel endroit à trois heures. Vous déposez à une heure, à midi, plus tôt encore, l'engin monté en conséquence, et, à trois heures, il éclate. (...) »
P. BOURGET, Nos actes nous suivent, 1926, p. 108.
6. Poser des bombes au clair de lune, faire dérailler un train, c'est évidemment un jeu passionnant... même pour un curé.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 153.
P. compar. :
7. Jusqu'à présent, il n'est pas sorti de votre bouche un mot, un seul mot qui ne soit encore une énigme pour moi. Vous crevez votre cheval, vous éclatez ici comme une bombe; m'apprendrez-vous pourquoi?
SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, p. 25.
Au fig. [En parlant d'un événement imprévu qui fait sensation] Éclater, tomber comme une bombe. Faire l'effet d'une bombe :
8. Syveton avait fait taper à la machine sa déclaration aux jurés, dont Lemaître nous donna lecture. C'était un beau morceau, saisissant et sobre, une de ces bombes qui peuvent, si elles éclatent bien faire sauter un régime.
L. DAUDET, Au temps de Judas, 1920, p. 238.
Loc. fam. fig.
Gare à la bombe! Locution interjective employée pour désigner une personne arrivant à l'improviste.
En bombe. À toute vitesse :
9. Le savant expliqua qu'il avait été appelé à Paris en consultation, qu'il passait, en bombe, pour dîner et coucher, qu'il repartait le lendemain pour La Baule.
L. DAUDET, L'Amour est un songe, 1920, p. 253.
À la bombe. En forçant (une porte) :
10. Ils descendaient des troupes armées et disciplinées de l'ancien brigandage, mettant à profit les troubles de la Révolution, faisant en règle le siège des maisons isolées, où ils entraient « à la bombe », en enfonçant les portes à l'aide de béliers.
ZOLA, La Terre, 1887, p. 72.
2. Engin ou appareil préparé pour produire une explosion. Bombe éclairante, fumigène, lacrymogène; bombe calorimétrique, manométrique.
Bombe à eau. Projectile en papier rempli d'eau, lancé en manière d'agacerie. Jeter une bombe à eau sur un passant.
Bombe algérienne. ,,Artifice constitué par une bille ou un caillou saupoudré de fulminate d'argent et enveloppé dans du papier mince, et qui produit un claquement sec quand on le projette contre un mur ou un sol dur`` (Lar. encyclop.).
3. Appareil produisant la diffusion ou la désagrégation de son contenu.
a) Synon. de atomiseur. Bombe à laque pour les cheveux; bombe pour désinfecter, pour parfumer.
b) MÉD. Bombe au cobalt. ,,Terme improprement utilisé pour l'emploi du cobalt 60 en radiothérapie, puisqu'il ne s'agit que de la désintégration lente du cobalt 60 radioactif`` (Sc. 1962).
D.— P. anal.
1. [De production] GÉOL. Bombe volcanique. Fragment de lave en fusion lancé par un volcan.
2. [De forme]
a) Vx. Gros ballon en verre à col court pour conserver des alcools. Synon. bombonne ou bonbonne (cf. Nouv. Lar. ill.).
b) ÉQUIT. Casquette à calotte hémisphérique, généralement en velours, de couleur sombre, portée par les cavaliers :
11. Le jeune cavalier s'avança, sa bombe de chasse à la main...
J. DE LA VARENDE, Monsieur le Duc de Saint-Simon et sa Comédie humaine, 1955, p. 232.
c) PÂTISS. Bombe glacée, pralinée :
12. M. Henri Desgrès mangeait avec un plaisir fort visible l'incomparable bombe glacée aux pêches et au moka...
MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 176.
PRONONC. :[]. Selon BESCH. 1845 : ,,onomatopée qui rappelle le bruit que la bombe fait en éclatant``.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1640 « projectile qui éclate en retombant », (OUDIN, Recherches ital. et fr., Paris); 1945, 7 août sens mod. (Est Républicain, n° 19983 : Pour la première fois une bombe atomique a été lancée sur le Japon); 1689 fig. fam. tomber comme une bombe (Mme DE SÉV., VI, 479 dans E. SOMMER, Lex. de la lang. de Mme de Sévigné, Paris, p. 100); 2. p. anal. de forme a) 1771 « vase sphérique » (Trév.); b) 1807 art culin. (G. DE LA REYNIÈRE, Almanach des gourmands, 5e année, p. 76); 1845 géol. minér. bombe volcanique (BESCH.); 1866 mar. bombe de signaux (Lar. 19e); 1883 phys. bombe calorimétrique (BERTHELOT, Sur la force des matières explosives d'apr. la thermochimie, Paris, 3e éd., t. 1, livre 2, p. 227, § 3).
Empr. à l'ital. bomba attesté au sens de « pilum incendiarium » en lat. médiév. (domaine ital.) dep. ca 1452 (Comment. Jac. Picinini dans DU CANGE t. 1, p. 696e, s.v. bombus) empl. ensuite pour désigner les engins explosifs (1686, Segneri dans BATT.), d'orig. onomatopéique — Pour bombe atomique cf. l'angl. atomic-bomb (Statement by the Prime Minister issued on Monday, August 6th, 1945 dans Reviews of Modern Physics, vol. 17, n° 4, oct., p. 472).
BBG. — HOPE 1971, p. 278.
II.
⇒BOMBE2, subst. fém.
Fam. Abréviation de bombance. Faire la bombe. Synon. de faire bombance :
1. ... à Marseille et à Limoges le vendredi-saint et la saint-Martial, le jour des garçons bouchers qui font alors la bombe et célèbrent ripailles; ...
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 247.
♦ (Faire la) noce, la nouba :
2. Je n'en veux pas à mon oncle, seulement je trouve drôle que mon conseil de famille, qui s'est toujours montré si sévère pour moi, soit composé précisément des parents qui ont le plus fait la bombe, à commencer par le plus noceur de tous, mon oncle Charlus, qui est mon subrogé tuteur, qui a eu autant de femmes que Don Juan, et qui à son âge ne dételle pas.
PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 691.
Rem. On rencontre dans la docum. a) le verbe intrans. bomber, arg. Faire la noce (cf. G. ESNAULT, [Commentaire du Langage des poilus de C. Lambert], 1954); b) le subst. bombeur, euse, arg. Celui (celle) qui bombe, fait la noce (cf. ID., ibid.). J'entends : une louftingue, une bombeuse, comme Jadin, par exemple (COLETTE, La Vagabonde, 1910, p. 93).
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1881 arg. des soldats partir en bombe (d'apr. ESN.); 1890 arg. des ouvriers faire la bombe (ibid.); 1901 être en bombe (BRUANT, Dict., p. 21 dans SAIN. Lang. par., p. 97).
Dér. régr. de bombance plutôt qu'empr. à l'esp. bomba « tâte-vin, ébriété » (ESN.) ou à l'ital. sbombettare « chopiner, pinter, soiffer », XVIe s. dans DEI.
STAT. — Bombe1 et 2. Fréq. abs. littér. :866. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 408, b) 539; XXe s. : a) 791, b) 2 565.
BBG. — SAIN. Lang. par. 1920, pp. 97, 535. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 442.

1. bombe [bɔ̃b] n. f.
ÉTYM. 1640; ital. bomba, du lat. bombus.
1 Anciennt. Projectile creux, de forme variable, rempli d'explosif, lancé autrefois par des canons. || Bombe (sphérique), remplie de poudre et munie d'une mèche qui communique le feu à la charge. || Arme à lancer des bombes. Bombarde, crapaud, mortier. || L'anse, le culot, la mèche, l'œil d'une bombe. || Les grenades, obus, etc. ont remplacé les bombes.
1 M. Renau avait encore inventé de nouveaux mortiers qui chassaient les bombes plus loin et jusqu'à 1 700 toises (…)
Fontenelle, Éloge du chevalier Renau.
2 Les bombes se croisent dans les airs, comme l'orbe empenné que les enfants se renvoient sur la raquette.
Chateaubriand, les Natchez, X.
Bombe d'artifice : sphère creuse, souvent en carton, munie d'une mèche extérieure.
2 Mod. Projectile sans vitesse initiale lâché par un avion. || Bombe explosive, soufflante, à souffle. || Bombe incendiaire. || Bombe à pénétration. || Bombe au napalm, au phosphore. || Bombe à billes. || Bombe de deux cents kilos, d'une tonne. || Bombe bactériologique. || Lâcher, larguer, jeter, lancer, laisser tomber des bombes sur un objectif; arroser de bombes. Bombarder, bombardement. || Le dispositif lance-bombes d'un bombardier. || Chapelet (cit. 6), tapis (B., 3.) de bombes. || Le lâcher, la trajectoire, la chute, l'éclatement, l'explosion, l'effet de souffle d'une bombe. || Abri contre les bombes. || Blindage résistant aux bombes. || Ville détruite, incendiée par les bombes.
2.1 Parfois seulement, un avion ennemi qui volait assez bas éclairait le point où il voulait jeter une bombe.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 833.
3 Les aéroplanes allemands accablaient nos parages de bombes qui sifflaient longuement avant que d'éventrer le sol ou les maisons.
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, I, 5.
(1945). || Bombe atomique ou bombe à fission, bombe A, utilisant l'énergie de la transmutation nucléaire. || Bombe à hydrogène ou bombe thermonucléaire, bombe H, utilisant la réaction de fusion d'atomes d'hydrogène chauffés par l'énergie d'une bombe à fission. || Bombe à neutrons, qui agit par irradiation de neutrons et ne détruit que les organismes vivants, sans causer de dégâts aux installations. || Unité d'évaluation de la puissance des bombes atomiques, thermonucléaires. Mégatonne.
3.1 Tu ne vas pas jusqu'à pleurer sur le sort des tortues de mer, que la méchante bombe H a privées de leur sens de l'orientation sur cet atoll maudit, comment s'appelle-t-il encore, Bikini ?
Alain Bosquet, les Bonnes Intentions, p. 100.
3 Projectile à déplacement autonome. || Bombe volante, planante, à ailettes modifiables. || Bombe à ailette. || Bombe autopropulsée, télécommandée. Fusée, V 1, V 2. || Bombe fusée. || Bombe torpille.
3.2 Qu'est-ce qu'un gros œuf muni d'ailettes, sinon une bombe ?
A. Pieyre de Mandiargues, la Marge, p. 128.
4 Appareil explosible que fait éclater un mécanisme. Machine (machine infernale). || Bombe à retardement.Fig. || Cette nouvelle est une véritable bombe à retardement. || Bombe au plastic. || Attentat à la bombe. Plasticage.
tableau Noms d'appareils.
5 (1689, Mme de Sévigné). Fam. Par compar. Tomber, arriver comme une bombe, brusquement, sans qu'on s'y attende. Improviste (à l'). || Gare la bombe ! → Attention ! || Une nouvelle qui éclate comme une bombe.Fig. || Préparer une bombe.
4 Je suis très inquiète du voyage de M. de Grignan : quelle bombe jetée au milieu de vous tous et de votre tranquillité !
Mme de Sévigné, 1202, 2 août 1689.
5 Le parti de Halay fut le silence et d'attendre la bombe (l'éclat de son beau-père).
Saint-Simon, Mémoires, 42, 240.
5.1 Il alla saluer le marquis et lui présenta comme un bouclier contre tout reproche, un Écossais de ses amis, M. Marmor de Karkoël, qui lui était tombé à la manière d'une bombe pendant son dîner (…)
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Le dessous de cartes… ».
6 (…) à l'idée (…) que j'avais préparé en vain cette belle bombe de colère (…)
G. Duhamel, Cri des profondeurs, II, 46.
7 (…) cette bombe à retardement était déjà montée avec une minutie dont j'étais fier (…)
F. Mauriac, le Nœud de vipères, p. 12.
Fam. || Foutre en bombe : rejeter.Se foutre en bombe : (choses) tomber comme une bombe, s'écrouler, s'écraser en tombant; (personnes) se mettre en colère.
Fam. || Bombe sexuelle : femme qui produit un grand effet érotique (→ Sex-appeal).
6 (1771, « récipient sphérique »). Par anal. de forme du sens 1. a Vx. Gros ballon de verre. Bonbonne.
b (1866). Mar. || Bombe de, à signaux : boule en toile pour faire des signaux à grande distance.
c (1807). || Bombe glacée : glace en tronc de cône, en pyramide… || Bombe au café, à la vanille.
d (1883, Berthelot). Phys. || Bombe calorimétrique : récipient de métal hermétiquement fermé où l'on place un poids connu de combustible pour en mesurer le pouvoir calorifique.
e (1845). Géol. || Bombe volcanique : fragment de lave renflé en son milieu.
7 (1928; même figure sémantique que 6.). Casquette hémisphérique des cavaliers, à calotte renforcée qui fait partie de la tenue d'équitation. || Bombe de chasse.
8 Elle marchait en direction opposée en costume de cheval, avec une bombe sur la tête d'où fuyaient ses cheveux, des bottes Chantilly et une petite cravache.
R. Sabatier, les Fillettes chantantes, p. 178.
8 Par anal. de fonction, du sens 2. a Bombe au cobalt : appareil de traitement médical par émissions radioactives (curiethérapie), utilisant les rayons gamma du cobalt radioactif (radiocobalt 60). || Traitement de cancers par la bombe au cobalt.
9 Ce n'est pas de mourir, qui m'effraye, c'est de mourir du cancer après avoir été charcutée trois ou quatre fois. Si je dois y rester, pas d'opération, pas de bombe au cobalt. Rien.
J. Dutourd, Pluche, VIII, p. 87.
b (1950). Atomiseur de grande dimension. || Désinfectant en bombe. || Bombe insecticide. || Bombe à laque, de laque pour les cheveux. || Bombe à aérosol. Aérosol.
Bombe de peinture. || Repeindre sa voiture à la bombe. 2. Bomber; 2. bombage.
9 (1987). Inform. || Bombe logique : programme introduit clandestinement dans un système informatique et activé à un moment déterminé de manière à perturber le fonctionnement de ce système.
DÉR. 1. Bomber, 2. bomber, bombette, bombinette.
————————
2. bombe [bɔ̃b] n. f.
ÉTYM. 1881; abrév. de bombance.
Fam. Repas, partie de plaisir où l'on boit beaucoup. Bombance, ripaille. || Une bombe à tout casser. || Une petite bombe.
Loc. Faire la bombe : mener une vie de plaisirs. Bringue, foire, java, noce.
0 Je trouve drôle que mon conseil de famille (…) soit composé précisément des parents qui ont le plus fait la bombe, à commencer par le plus noceur de tous mon oncle Charlus (…) qui a eu autant de femmes que Don Juan.
Proust, Sodome et Gomorrhe, Pl., t. II, p. 691.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bombé — bombé …   Dictionnaire des rimes

  • bombe — BOMBE. s. f. Boule de fer creuse plus ou moins grosse, qu on remplit de poudre, et qu on met dans un mortier, d où l explosion de la poudre dont il est chargé la fait partir pour crever en arrivant à sa destination, au moyen d une fusée qui y est …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bombe — Sf std. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. bombe, dieses aus it. bomba, aus l. bombus m. dumpfes Geräusch , aus gr. bómbos m., für das man lautnachahmenden Ursprung annimmt. Bombardement und bombardieren gehen auf frz. bombarde schweres… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Bombe — »Sprengkörper«: Das Wort wurde im 17. Jh. über frz. bombe aus gleichbed. it. bomba entlehnt, das auf lat. bombus »dumpfes Geräusch«, griech. bómbos zurückgeht. Das griech. Wort ist schallnachahmenden Ursprungs und hat zahlreiche Entsprechungen in …   Das Herkunftswörterbuch

  • Bombe — hieß seit Mitte des 15. Jahrhunderts ein kugelförmiges, eisernes Hohlgeschoß großen Kalibers, das, mit Sprengladung und Zeitzünder versehen, der Belagerungsartillerie als wirkungsvolles Geschoß diente. Die Bezeichnung wurde auf die… …   Lexikon der gesamten Technik

  • bombé — bombé, ée (bombé, bée) part. passé. Une chaussée bombée par les paveurs. Verre bombé. •   M. de Colbert trouve dur de suivre le quartier général sans sa voiture bombée, P. L. COUR. Lett. I, 131 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Bombe — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Auch: • bombardieren Bsp.: • Im Rathaus explodierte eine Bombe. • Es gab eine Bombe im Flugzeug …   Deutsch Wörterbuch

  • bombé — [bōn bā′; ] E [ bäm bā′] adj. [Fr < bombe,BOMB (because of the shape)] having a rounded, outward curve on the front or sides [a bombé china cabinet] …   English World dictionary

  • Bombe A — ● Bombe A bombe nucléaire de fission …   Encyclopédie Universelle

  • Bombe H — ● Bombe H bombe thermonucléaire …   Encyclopédie Universelle

  • bombe — bombé see IRIS BOMBÉ …   Medical dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.